Les derniers articles
Loading...
jeudi 6 mars 2014

Peau aime



Un jour, mon ami, le poète, me demanda quel salaud, de parler de l’eau en un mot ou en une phrase. À mon grand désarroi, je répondis un peu ballot, qu’il me serait plus facile de danser, de chanter ou de peindre l’eau mais que les mots offraient un cadre bien trop étroit pour saisir toute la complexité de cette étrange substance. Mais dès que mon ami eut tourné le dos, je remis cependant le sujet sur le tapis. Engoncé dans mon propos, j’avais en effet oublié que le jeu de mots même très pâlot pouvait m’éviter de passer pour un idiot. Le chimiste que je suis n’était-il pas en effet bien placé pour parler de la mole d’eau ? Mais si l’eau tarit, que deviendraient cette obsédante Moldau et mon amie l’otarie si débordante de vie ? Quelle serait votre opinion, si je vous parlais de l’eau pignon de la vie ? Sans nul doute le poète clamerait dans un sanglot : « Eau rage, Eau désespoir, Eau vieillesse ennemie !!! ». Images fugaces de la vie et de la mort où l’eau gît sans espoir de renaître. Mais bien à l’abri de l’orage dans mon logis, ne voici pas que sonne le téléphone et que le premier mot qui sort de ma bouche est : « Ah l’eau ! ». Oui, l’eau que l’on croyait morte reprend soudain vie pour s’échapper aussitôt en riant vers d’autres camelots moins patauds. Oui, la peau aime l’eau, mais quand les mots deviennent des maux pour vous faire ce cadeau, mieux vaut tirer le rideau pour ne plus ennuyer les badauds…

Poème écrit après la première rencontre avec Rodolphe Forget le 10/02/2009

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Toggle Footer